Chaque année, Yvon, qui se dit "chansonnier novice" (!), met les séjours des Baladeurs en chansons, avec humour et bonne humeur!  À savourer et à chanter!

Les Baladeurs dans les Vosges en 2015
(Sur l’air de la chanson de François Budet « la Calédonie »)

Je suis ravi d’user mes semelles
Sur les sentiers de randonnée
C’est un bonheur, c’est une merveille
C’est un bon truc à ne pas manquer.

Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Y’a des montées, y’a des descentes
Y’a surtout la pause liqueur
Ça fait du bien, c’est une détente
Moi je vous dis : c’est du bonheur

Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Tous les matins, à la même heure,
Lever, déjeuner, c’est parti
Et on retrouve les baladeurs
Ils ont largué tous leurs soucis

Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Ça fait six jours de randonnée
Faut bien ranger mes chers souliers
Mais rendez-vous dans une année
J’en suis ravi rien qu’d’y penser

Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Les Baladeurs à Montréal du Gers en 2016
(Sur l’air de la chanson de François Budet « la Calédonie »)

Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Pour cette année, c’est Montréal
Je vous l’assure, c’est un régal
Dès le dimanche, la ville aux chats
Dans ce pays, pas de mort aux rats
Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Lectoure, Condom et autres lieux
Fourcès, Blaziert et Laromieu
C’est le pays des mousquetaires
Ils étaient quatre sacrés compères
Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Pour faire carrière dans le canard
Il faut sortir de son plumard
A Terre Blanche, l’menu c’est clair
Tout le canard au pousse rapière
Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

De vigne en vigne on a marché
Il est urgent de s’désaltérer
Floc de Gascogne et vins du Gers
Je les savoure dès qu’on les verse
Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Aux randonneurs de l’Estuaire
Européen on sait y faire
On y accueille des Allemands
Ils sont sympas et épatants.
Refrain
Oui, moi je préfère marcher
Partir, randonner, marcher
Et prendre du bon temps
Avec les baladeurs (bis)

Les Baladeurs dans le Jura en 2017
(sur l’air de « la ballade des gens heureux »)

Baladeurs de l’Estuaire
Prenez vos sacs et vos bâtons
Vers le Jura pour un bol d’air
A travers les crêtes, les vallons
(Reprendre les deux dernières lignes)

Maisod, village des retrouvailles,
On y arrive par temps pluvieux
Mais les sourires, les embrassades
Sont là pour dire qu’on est heureux
(Reprendre les deux dernières lignes)

La pêche aux crabes est au programme
Dans le Jura, cela surprend
Suivez le chant de la sirène
Ne craignez rien, elle vous guidera.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Pour admirer les sept cascades
Il faut descendre puis remonter
Parfois il y a quelques glissades
Mais pas de pique de hérisson.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Faire du morbier c’est tout un art
Le fromager l’a démontré
Surtout ne pas brûler d’étape
Sinon vous aurez du mortier.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Nous visitons Baume-les-Messieurs
Une abbaye pas pour les femmes
Et oui, c’est une reculée
Mais pour les hommes, quelle panacée !
(Reprendre les deux dernières lignes)

Rendez-vous chez l’apothicaire
Il guérit de toute maladie
Pour le malade imaginaire,
Avec Jean-Yves pas de souci.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Salins-les-Bains, station thermale
Oui, l’eau salée ça vous guérit
Du sel aussi dans nos paroles
Sans oublier un peu d’esprit.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Randonneurs pour dernière étape
Dix kilomètres c’est vraiment dur.
L’auberge est là qui nous retape
Adieu fatigue et courbatures.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Pour randonner dans les montagnes
Fernand est vraiment très précieux
Paulette est là qui l’accompagne
Merci à eux… C’est merveilleux.
(Reprendre les deux dernières lignes)

Quand un randonneur marche le long d’une rivière bretonne quelque part du côté de Guerlédan, en 2017, il lui revient des souvenirs de bancs d’école…
C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons….
"Le dormeur du val " d’Arthur Rimbaud…
Et tout de suite après, la chanson de Boris Vian, « Le déserteur », s’impose :
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins…
Et le randonneur a laissé divaguer son imagination…
Amis, les randonneurs
Marcher est une fête
Beau soleil ou tempête
Cela ne fait pas peur.
Lever tôt le matin
Aux premières lueurs
Adieu nos chères douleurs
Et tous nos maux de reins.
Amis prenons nos sacs
« En route » s’écrie Fernand
Direction Guerlédan
Son barrage et son lac
Et sous un beau soleil
On contempl’ les merveilles
Dans les bois de Caurel
Nous chauffons les semelles.
Dimanche, c’est Bon Repos
Au menu : genêts, landes
Grimper puis redescendre
Surtout pas au galop
Pique-nique sous la pluie
Ça coince dans les gorges
Puis visite des Forges
Et nous rentrons transis
Lundi, le premier mai
Parait que c’est repos
Saint-Thélo, Le Quillio
Pour nous fut le muguet
Si nous suivons Paulette
Nous trouvons la Rigole
Marchons sans farandole
Nous atteignons Lorette
Pique-nique chez la Vierge
Une dévotion, un cierge
Puis joyeux, pleins d’entrain
Vers la maison du lin
Mardi, fin du séjour
Faut faire les bagages
Direction le barrage
En passant Saint Léon
Pour la photo de groupe
Fernand nous le propose
Il veut nous faire la pose
« Souriez bien la troupe »
Guerlédan autrement
Annonçait le programme
Nous sommes sous le charme
Vraiment c’est épatant
Amis les randonneurs
Marcher est la devise
Et parfois le supplice
Et toujours l ‘amitié (bis)

Les baladeurs à Gluges en 2018
(Sur l’air « Buvons encore une dernière fois… »)

Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

A Gluges, sommes bien arrivés
Dès le dimanche avons marché
Avons fini en train vapeur
Vraiment le comble pour nous les baladeurs
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

Rocamadour Vierge Marie
Vous soutenez même le rugby
Alors pour nous les baladeurs
Je vous en prie, abrégez nos douleurs
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

De saint Siran à Padirac
Les baladeurs portent le sac
Devant le gouffre pas d’escalier
C’est l’ascenseur, ça repose les pieds
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

Saint Sozy et puis Souillac
Fin de rando chez l’automate
La distillerie pour terminer
Abus d’alcool pas bon pour la santé
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

Les baladeurs faut que ça bouge
Ils ont choisi Collonges la Rouge
Un beau village à visiter
Ensuite on grimpe, il faut se dépêcher
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

L’homme de Cro, on ne connait pas
Avons cherché l’homme de Ma
Et en marchant dans le vallon
Avons trouvé l’homme de Cro-Magnon
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

Au restaurant on s’est retrouvé
On a mangé, on a causé
Gouté du chèvre et puis l’agneau
Je vous assure c’était vraiment costaud
Refrain
Marchons, marchons et randonnons
Sacs sur le dos et nos bâtons
On est heureux sur les sentiers
Ça fait rêver et ça crée de l’amitié

Voici le soir et la veillée
L’ami Jean-Pierre, Salut, Avé
Que de bêtises dans une journée
Et au final, ça vous donne des palmés
Dernier refrain
Buvons encore une dernière fois,
A l’amitié, la marche, la joie,
On a marché, crapahuté
C’était sympa mais il nous faut rentrer

Les Baladeurs à Lavoûte Chilhac en 2019
(Sur l’air du petit cheval blanc de Georges Brassens)

Les bretons dans le Gévaudan
Cherchent la bête sauvage
Ils suivent notre ami, Fernand
Tous derrière, tous derrière
Ils suivent notre ami, Fernand
Tous derrière, et lui devant.
Randonneurs, prenons nos bâtons
Pour chasser la bête sauvage
Et peut-être taquiner le saumon
Par derrière, par derrière
Et peut-être taquiner le saumon
Par derrière, et par devant !
C’est du plat, ça monte et descend
Regardons le paysage
N’ayons pas peur du mauvais temps
Ni derrière, ni derrière
N’ayons pas peur du mauvais temps
Ni derrière, ni devant
Randonneurs, écoutons Fernand
Il nous donne la route à suivre
Et surtout allons de l’avant
Tous derrière, tous derrière
Et surtout allons de l’avant
Tous derrière et lui devant
Pause liqueur est la bienvenue
Pour reprendre de la puissance
Randonneurs, n’en abusons pas
Ni derrière, ni derrière
Randonneurs, n’en abusons pas
Ni derrière, ni devant
Le pique-nique, c’est réconfortant
Après tant de kilomètres
On s’arrête, on prend du repos
Sur l’derrière, sur l’derrière
On s’arrête, on prend du repos
Sur l’derrière et dans le vent.
L’apéro c’est le bon moment
Ça papote et ça rigole
Et chacun se sent tout content
De sa marche, de sa marche
Et chacun se sent tout content
De sa marche et du beau temps
Randonneurs, soignons nos douleurs
Un remède, c’est la marche
Les médecins, nous n’en voulons plus
On fait la grève, on fait la grève
Les médecins, nous n’en voulons plus
On fait la grève, plus de Sécu.
Nous avons des yeux déficients
Alors mangeons des lentilles
Et nous marcherons pleins d’allant
Tous derrière, tous derrière
Et nous marcherons pleins d’allant
Tous derrière, et nous devant
Le colporteur est un type marrant
Il nous raconte des histoires
Nous rions comme des enfants
Tous ensemble, tous ensemble
Nous rions comme des enfants
Tous ensemble et lui autant.